La taille, le début de la saison 2019

Publié dans non classifié(e), le 21 mars 2019.

Peux-tu croire qu’on y est déjà, que c’est officiellement le printemps? On peut dire qu’on a réussi à passer à travers l’hiver une fois de plus! Les températures glaciales de janvier, les tempêtes de neige et la pluie verglaçante de février sont choses du passé.

Faut dire que chez nous, on y rêvait depuis un bon moment déjà à ce printemps-là. Pas qu’on n’aime pas l’hiver, mais disons que la saison printanière à quelque chose d’inspirant, de vivifiant!

 L’arrivée du printemps, c’est signe que la période de taille débute. Avec nos 6 hectares de vignes, la taille s’étale sur environ 4 à 5 semaines. C’est donc la première fois de l’année qu’on revisite vraiment nos plants, qu’on les regarde un à un, qu’on en prend soin et qu’on les prépare pour leur prochain marathon.

Difficile à croire quand on regarde par la fenêtre, mais il faut se rendre à l’évidence qu’en deux temps trois mouvements, l’été sera bien installé et que la production aura débuté.

Mais avant que nos vignes produisent, on doit procéder à la taille printanière qui repose sur le principe de la sélection des bourgeons. Chez nous, on applique la taille en cordon. On coupe principalement les rameaux qui poussent à la verticale en conservant un nombre x de coursons par plant. On sélectionne alors des coursons où l’on retrouve un nombre suffisant de bourgeons, dépendamment des cépages.

 

Malgré de petites technicalités, la taille est un travail relativement simple qui aura un impact ô combien important sur la prochaine récolte.

La saison 2018 n’aura pas été notre meilleure, près de 40% des bourgeons n’ont pas produit de fruits pour de nombreuses raisons (un mauvais aoûtement, des froids et des redoux importants, une imposante production en 2017, etc.). C’est parfois décevant, mais ça fait partie de l’agriculture, c’est un risque à prendre quand on travaille avec la nature et ses intempéries.

Même avec des embûches comme celles rencontrées en 2018, on considère qu’on pratique tout de même le plus beau des métiers.

On croise quand même nos doigts et on espère que 2019 sera une bonne année!

C’est parti pour une nouvelle saison!

 

 

 

Revenir au blogue